FRANÇAIS

Jan commence son éducation musicale en Afrique du Sud et se distingue dès un jeune âge pour ses capacités de pianiste. Il débute en tant que soliste avec orchestre à l’âge de 12 ans, jouant le 5ème concerto de Saint-Saëns lors d’une tournée d’Afrique du Sud. À 13 ans, il est invité à poursuivre ses études en Italie à l’Istituto Superiore di Studi Musicali à Modène, puis à l’Accademia Pianistica Internazionale “Incontri col Maestro” à Imola, dans les classes de Franco Scala et Boris Petrushansky. De nombreuses classes de maîtres ont jalonné son parcours, notamment avec Michel Dalberto, Cyprien Katsaris, Joaquin Soriano, Vovka Ashkenazy, Robert Levin, Piotr Paleczny et Gerald Fauth.  En 2013, il déménage à Leipzig, Allemagne où il poursuit ses études à la Hochschule für Musik und Theater « MendelssohnBartholdy ». Il complète son Master cum laude avec les félicitations du jury.C’est dans l’environnement extrêmement enrichissant de la ville de Bach et Schumann que la personnalité artistique de Jan se déploie. Il découvre les premiers enregistrements faits au début du XXème siècle des élèves de Liszt et de Clara Schumann et se passionne pour l’esthétique romantique et le style d’exécution de cette époque. La figure de Franz Liszt exerce d’ailleurs une grande influence sur Jan – non seulement sa musique, mais aussi les témoignages sur son jeu, les écrits de ses élèves et la tradition pianistique qui en découle. À ce propos, Jan a pu bénéficier des conseils de plusieurs experts lisztiens, notamment Bertrand Ott, Leslie Howard et Cyprien Katsaris. Il est aussi curieux du répertoire romantique oublié, ce qui le pousse à jouer la musique d’Alkan et à participer au concours Alkan-Zimmerman à Athènes, où il emporte le deuxième prix ex-aequo. Il joue régulièrement sur des instruments historiques tels Érard, Pleyel et Boisselot et lors du concours Liszt à Utrecht, il se produit sur le nouveau piano à cordes parallèles de Chris Maene.